La légende d’Alphonsine Grossététes


par Jean-Marie François

 

Al avoait vnu din l’mon-ne i y o gramint, gramint du temps, din un viu, viu poéyi, point loin d’ichi. Déjo tout tchote – infin, quante éj dis « tchote », ch’est inne méniére éd perler, rapport éq ch’étoait inne « gayante » (et pi meume inne saprèe gran-ne gayante !) – al n’étnoait point din ses loques : al filoait, al fiailloait tout partoute, al bzinoait conme inne arcabalette ! Sin pére i disoait toudi :

« Al fonce ! Al fonce ! »

… mais vu qu’ch’étoait inne fille (inne pichoére !), o ll’avoait baptisèe « Alphonsine ».

Chol nazuse-lo al avoait inne forche point creuyabe : des gambes conme des mâtts d’batieu, des bros conme edz inglèmes, des mains conme des battoérs, inne poétrin-ne conme inne grosse-tchaisse, et pi un souffe du diabe ! Sin plaisi, ch’étoait d’souffler chés minons d’lanchrons, pour éz-zés rbéyer s’involer et pi torner, valser din chés nuages : al étoait capabe, chol marmousette-lo, éd souffler tous chés lanchrons d’inne pâture intiére, d’un seul coeup d’un seul ! Al aimoait étou foaire des bulles, aveuc un plé d’feurre et pi un morcieu d’savlon, et pi vir éch solé qui s’miloait d’din.

In grandichant, Alphonsine al o soufflè din des flûtiaux, qu’al copoait pi qu’al perchoait elle-meume : din des rosieux, du bos d’tcheude, des branques éd séhu, des tchubitus éd toér, des cornes éd madjette… A nn’avoait un mont du diabe : des pipes, des pipettes, des pipeaux, qu’al trincballoaot tojours aveuc elle, din sin so in pieu d’vaque. Pi un coeup conme o, qu’al wardoait sin ho, coutchèe din ch’fin du moés d’jouin, un ziu su ses aigneux, un ziu din chés étoéles, Alphonsine, réïuse, al o infitchè sin pipeau din sin so, pour él ringer, sin pipeau qu’i y avoait coér éd l’air éddin ! Chu so il o gonflè,conme inne beudruche, i s’o inflè, inflè, du souffe d’Alphonsine…

Chu so il o gonflè à cratcher, et pi, tout d’un coeup : PFUITT !... Il o tchittè s’écaper, joéyeusemint, magnifiquemint, merveilleusemint, un son qu’parson-ne au mon-ne n’avoait jamoais intindu dvant, un son à n’in foaire taire chés moénieux din chés branques, din
chés hailles, pi chés cortis, inne musique qu’al san-noait s’dessatcher d’él panche éd la terre, pour s’élancher din ch’temps tout bleu, in foaisant frichon-ner d’plaisi él feuillure éd chés frin-nes din chés bos…

Ech PIPASSO il étoait nè.


Alphonsine Grossétettes : La chanson

par Edwige FONTAINE sur l’air de Ch’ Barnum

D’pis qu’al a li dins chés gazettes
Qu’Alphonsine allouot vnir ichi
Al s’o dit : « Mais qu’ej s’rouos-ti béte,
D’m’in alleu pour l’vir à Paris ! »

Al s’a r’béyèe dins sin milouér
Pour s’foaire pus bélle équ’Alphonsine.
Al o rtirè sin viu chinoér
Pis al a prind s’bélle palatine

Al a rbéyè ses gveux,
N’étouait’t point bieux asseu,
A s’a foait eune indéfrisabe,
Et pis meume, a n’est point creuyabe,

A s’a lavè ses pieuds
Pis vernis ses queuqueus,
Mis du rouge à ses lippes
Pis infilè ses pus bélles nippes.

L’vleu dsus chop’plache,
Leu ch’est point l’peine qu’al trache
Alphonsine al est leu
Qu’al passe tout l’monne.

O n’vouot pus qu’élle,
Chop’pus granne, chop’pus bélle,
Aveuc sin capieu rouge
Pis s’caouette ronne.

Aveuc ses ziux bleus
pis ses gveus Intorsillès sous sin capieu
Al soufflé dins sin pipausac
Tout in avanchant dins chés raques.

Ch’est elle, Alphonsine Grossététtes
Chop’pus bélle éd tout’t chés pouillettes,
I n’y eu mie moéyen d’l’oublieu,
Pour seur o n’n’in vient amoureux.

Orss no feume al pinse :
“J’m’in veu cangeu d’dédjince,
J’va acateu un instrumint
Comme él siénne et pis souffleu n’dins.
m’in veu foaire dom’musique
Et pis rintreu dins l’clique,
Aveuc ém’grosse poétrin-ne
Chés gins i diront : « Ch’est s’cousin-ne ! »

Mais ch’est point toute,
Feut alleu su chés routes
In foaisant dom’musique
Est point pratique.
Jé n’sus point d’taille,
Ch’est point l’peine qu’éj rouscaille,

Alphonsine Grossététtes
Ch’est chov’vedette ! »